C'est à Warrenton en Virginie par une belle journée de Juillet 1952 que commence l'aventure de René Ghiselli, fils de Roger et Pauline, provençaux émigrés dans le nouveau monde; il y passe ses premières années de vie et s'y imprègne de la culture et de la tradition américaines.

A l'âge de sept ans, avec ses parents, c'est le retour vers la terre de leurs origines, le choc sera brutal : l'univers européen, pas encore remis de la guerre, est frugal et la campagne de provence une terre à l'état de semi abandon mais en même temps infuse d'une culture riche et millénaire. Pour le jeune René c'est un environnement déroutant et fascinant,un véritable défi aux valeurs matérialistes de la société de consommation nord-américaine qu'il connaissait jusqu'alors, il le relèvera avec courage et détermination tout en gardant une profonde nostalgie de sa première patrie qui laisse pour toujours une empreinte sur sa personnalité et s'exprime par son farouche désir de liberté et son tempérament "faiseur". Il lui faudra, jeune adulte, quelques retours au pays natal pour se convaincre que sa vie est irrémédiablement liée à la Provence et à la Méditerranée et que ses racines y sont profondément ancrées.

Cette Provence sauvage va façonner un peu plus cet esprit d'indépendance qui sait se complaire dans la solitude; comme moyen de transport, il choisit la moto qui lui permet de se couler dans cette nature qui le fascine et l'absorbe,à l'instar de sa rivière fétiche, le Loup, cette soeur spirituelle le long de laquelle il a grandi, à qui il consacrera son premier livre et dont les eaux tempère les ardeurs naturelles de ce natif du signe du lion. Elle, à travers son regard, se trouve réchauffée, devient tiédeur du sud, intime, complice, presque douillette, sans malgré tout perdre de sa force vive.

Comme cette eau venue des contreforts des Alpes méridionales, qui dévale des gorges aussi spectaculaires qu'encaissées, René se fraie une voie dans le paysage s'imprégnant de ses saveurs, ses couleurs,ses odeurs, ses humeurs, ses ombres, sa lumière comparable à nulle autre, tout cela il le consigne et le transmet au travers de son art.

C'est très tôt qu'il décide de graver sur la pellicule sa vision de la Provence, moisson de ses chevauchées sauvages en quête de la beauté pure,d'abord pour lui même mais aussi pour les autres, pour nous tous. Ce seront ces autres: ses amis,sa famille,qui le convaincront en 1990 de faire une première exposition de son travail. Elle sera suivie d'une foule d'autres et de trois livres de photo: "Le Loup" en 96 "NATURE Nature" en 99 pour clôturer le millénaire puis "Balade Couleur Lavande" en 2004. Aujourd'hui il nous propose un nouvel opus: "au fil de l'eau", consacré à son élémet de prédilection, un fil conducteur de sa sensibilité d'artiste vers notre environnement plus que jamais fragile, qu'il nous invite, à son exemple, à admirer et respecter.

Les oeuvres de René Ghiselli ont depuis longtemps trouvé leur place dans les collections privées de nombreux admirateurs en France comme à l'étranger.

Jeune homme, il avait choisi, pour survivre, de se faire jardinier, trouvant dans cette nature qu'il admire une activité nourricière qui s'accomodait de sa soif d'indépendance; aujourd'hui encore il mène une existance simple près des rives du Loup, vivant le plus possible des produits de sa terre, un paradis convoité qu'il a su se préserver et d'où il lance ses expéditions creatrices pour notre plus grand bonheur.

                                                                                                       Gilles Bozec (Bozon d'Ix), photographe et ami.